Une bouilloire dans les oreilles

C’est parfois un bourdonnement, le son aigu d’une bouilloire qui siffle, le claquement d’un ventilateur déréglé. Ceux qui les entendent disent qu’ils ont les oreilles qui sillent. On appelle ces «bruit internes» les acouphènes. Ils peuvent être permanents ou intermittents.
Plusieurs en viennent à croire que ces bruits sont normaux. Mais ils peuvent annoncer des problèmes plus graves, comme une tumeur.

En entendre dans les deux oreilles n’annonce pas le même désordre que dans une seule. Les causes peuvent être banales, comme un petit épisode de haute pression, un coup à la tête, etc.
Une chute à vélo, tomber sur la tête ou les fesses durant l’enfance peut être la cause d’un acouphène qui apparaîtra 40, voire 50 ans plus tard! De petites pertes d’équilibre ou des maux de tête peuvent y être associés.

» L’acouphène est souvent une maladie industrielle.
Les tympans ont été blessés à cause d’un bruit fort constant ou à intervalles réguliers. Pourtant, ces acouphènes n’altèrent pas nécessairement l’audition, pas plus qu’ils ne causeront la surdité.

Les «oreilles qui sillent» peuvent aussi avoir des origines insoupçonnées, comme des douleurs au cou ou un stress qui amène à dormir les dents serrées. Dans ce cas, la pression exercée sur la mâchoire peut compresser les ménisques. Même une visite chez le dentiste, avec la bouche ouverte trop longtemps peut avoir des conséquences fâcheuses.

Quoi qu’il en soit, il est important de faire investiguer ces troubles par un spécialiste. Par exemple un ORL ou un audioprothésiste apte à mener certains tests.

Si l’acouphène a une origine musculaire, il pourra être traité en massothérapie, en physiothérapie, en chiropractie ou en ostéopathie. Comme la liste d’attente risque d’être longue chez l’ORL, on pourra gagner du temps et peut-être régler le problème avec ces approches.

Génération Boomers
Volume 4, No.4, 17 juin 2009
Par Manon Tessier, Ostéopathe et Massothérapeute

0